Photographier le monde, par GranierFamily
Archives

Bon, vous en conviendrez, il y a des incontournables quand on aborde le sujet de visiter l’Italie.

Pompéi, l’est assurément. Mais Pompéi se trouve dans une région franchement, où l’on aimerait y passer le reste de sa vie. Imaginez un peu :

en face, il y a Capri et sa fameuse grotte bleue, sans oublier ses soeurs, IschiaProcida. Mais derrière, il y a le Vésuve… Et puis au Nord, il y a Naples et Herculanum, l’autre site victime du Vésuve en même temps…

Mais c’est toute la côte amalfitaine, joyau de l’Italie du Sud qu’il faudrait visiter…

Mais parlons de Pompéi. Juste à 10 min en voiture de notre hôtel, choisi avec soin, nous avons choisi d’y aller en voiture, et non en train, et de ne pas nous garer dans les parkings « officiels », mais directement dans la rue donnant sur la 2ème entrée, celle de l’amphithéâtre, à peine 200m… et bien moins onéreux pour le fait que les fameux parkings. Le temps de faire la queue est tout de même assez aléatoire, mais de ce côté-ci, et sans avoir de billet coupe-fil, 25 minutes d’attente ont été nécessaire, tandis que par l’entrée principale il fallait 1h30, à 9h30 du matin…

Bref, Pompéi, la détruite par les jets de pierres volcaniques et le tremblement de terre de l’éruption. Pompéi, la divine cité, étendue, peuplée ( 30 000 habitants sur 66 hectares) et tragiquement rayée de la carte en 79 après JC… Ensevelie par des mètres de cendres, elle a été découverte par hasard, au 17ème siècle mais les fouilles n’ont pu débuter qu’au 18ème siècle.

Visiter le site quand il fait 35°C à l’ombre n’est pas évident, mais heureusement, il y a des coins ombragés.

Prévoir de l’eau, beaucoup, car il n’y a pas beaucoup de possibilité dans acheter à l’intérieur du site, mais il y a des fontaines d’eau potable.

Prévoir aussi de la crème solaire et de bonne chaussures montantes et bien cramponnées. Certaines rues sont très endommagées ou glissantes par moment.

Dans notre cas, la visite a commencée à l’est, lieu des « défunts » carbonisés, ce qui est très très poignant, et de l’amphithéâtre.

Se munir d’un plan est une merveilleuse idée… mais faire la dépense pour un guide en chair et os, est une excellente idée.

Il y a de tout, pour toutes les bourses et toutes les durées, et ils sont à l’intérieur de site, pas en dehors. Faire marcher la concurrence peut être payant. Nous n’en avions pas sur le moment, et nous le regrettons après coup. Mais cela nous a permis une certaine liberté également. Le regret est que l’explication, en même temps que la découverte est souvent meilleure que de lire un passage sur un guide-livre, même documenté. A Herculanum, nous prendrons un guide humain…

 

Pompéi est réellement impressionnant, et moins « en ruine » que nous le supposions.

Beaucoup de maisons sont encore debout, beaucoup de fresques sont encore impeccables 2000 ans après. Cela montre le génie des bâtisseurs romains mais surtout des artistes grecs, phéniciens, ou africains… Ce sera confirmé à Herculanum 2 jours après. Le choc.

Après plus de 160 photos, je n’en garde que moins de la moitié. Pas de commentaires, juste la contemplation …

Cincopa WordPress plugin

Nous finirons la balade par manger un morceau dans un petit restaurant sympathique, dans lequel 3 jeunes chats un peu chapardeurs ont pris la pose.

La suite … Naples

retour