Photographier le monde, par GranierFamily
Archives

Matisse insiste beaucoup pour que nous allions à la plage. « Mais celle de la dernière fois » c’était pas propre. Il avait raison.

Dans cette partie de l’ile, il n’est pas simple de trouver une plage en sable et propre. Et encore, on n’a pas fait analyser l’eau.

Le paradis peut vite mal tourner. Pas de pavillon bleu. Pas trop de préoccupation relatives à l’écologie, le tri, la préservation des ressources…

Surtout en période estivale.

Nous nous dirigeons donc vers Avola en quête de LA plage. Et le moins que l’on puisse dire, est, que comparé à la France, ici les infrastructures permettant de nous y emmener, puis d’accueillir le touriste, sont proche du néant… On a galère pour faire court.

Finalement, après avoir tourné, notre ami Google, nous a permis d’en trouver une pas trop loin de nous, mais elle se mérite…

Parking pas loin, 3€ l’emplacement pour le reste de l’après midi… c’est donné. Ah, oui, je ne vous ai pas dit, mais le matin ça a été « Courses » pour remplir le frigo de la maison, à Auchan Belvédère, à Syracuse. Immense et très très bien au passage.

Donc finalement arrivés à la plage vers 17h, c’est un peu tard, mais 37°C quand même, et un sable disons le, très chaud.

Heureusement la mer est là, super bonne, évidemment, et la plage assez bondée. Mais elle se videra dès que le soleil commencera à décliner, vers 18h30. Reste une bonne baignade, beaucoup d’observation de la faune locale, de commentaires etc etc … la plage quoi.

Retour sans histoire, à ceci près que sur l’autoroute, il y avait des petits incendies sur les bords. Et personne pour les éteindre.

Bon dodo…

 

Cincopa WordPress plugin

La suite…

Retour