Photographier le monde, par GranierFamily
Archives

Ce matin, nous nous réveillons frais. Excellente nuit, pour moi. J’ai ronflé à ce qu’il parait. Eléa a eu beaucoup de mal à dormir.

Finalement on se lève assez tôt, douche, petit déjeuner copieux et sympathique. Nous sommes entourés de français. A mon avis ils rentrent, ils font des têtes d’enterrement…

Nous sommes contents de quitter cet hôtel. Pas d’affinité. On se remet en route après avoir refait totalement le coffre.

Direction Monreale, lieu que nous n’avions pas pu faire lors de notre première visite de l’Ile.

Il fait déjà 34°C à 10h du matin.

Le village est facile à trouver. Il y a des parkings très peu chers et ultra bien situés. La visite se fait donc à pieds. Le village est escarpé, comme bon nombres ici. Prévoir chapeau et crème solaire. Comme nous avons prévu d’y déjeuner, nous ne sommes pas pressés, alors on flanne.

Visite de la cathédrale. Enfin, pas vraiment car c’est l’office (C’est dimanche !). Mais c’est magnifique. Extérieurement très simple, mais charmante, l’intérieur dévoile une richesse incroyable.

A l’extérieur, les papis lisent leurs journaux, discutent, rigolent. Certains peignent, les premières boutiques de souvenirs ouvrent.

L’ambiance est hyper décontractée, ça change de Paris et d’Orléans. Tout le monde a le sourire. Et c’est pas à cause du soleil qui leur fait plisser les yeux.

Nous nous égarons dans les petites ruelles, découvrons de petites cours luxuriantes et la vue mer par endroit. C’est chouette.

Côté restauration, nous sommes allés à « La Tazzina cafe ». Super accueil et plats tout à fait délicieux. Nous recommandons vivement.

Puis nous partons pour Brucoli, tranquillement. Je connais la route. Mais en 2 ans, les choses changent. Les limitations de vitesses. Presque partout, y compris sur la voie rapide, c’est soit 80, 90 ou 100. Souvent 80. Et pas beaucoup de 120/130. La raison : la dégradation du réseau est évidente, de nombreuses zones de travaux, des ponts qui sont toujours en réparation, des tunnels fermés, et les fameux raccords de ponts (les joints de dilatation) toujours aussi inconfortables, malgré une 308 très prévenante dans ce domaine. C’est fatiguant.

Mais nous savons pourquoi nous sommes là : Brucoli.

Exceptionnellement ce n’est pas notre hôtesse qui nous accueillera, mais Fabrizio, son frère.

La vue est toujours aussi magnifique et magique.

Ce soir c’est restaurant. A Brucoli village… Et une énorme surprise nous y attend….

C’est la fête du Saint du Village : St Nicolas. Enormément de monde, parking poussiéreux où l’on doit se garer obligatoirement. Il est pourtant assez tôt. Et il est presque plein. C’est une bonne organisation. Les gens sont tous beaux et belles.

L’ambiance est électrique mais joyeuse. Tout le monde attend que le saint sorte de l’église, porté par plus de 20 hommes vaillants…

Nous avons repéré le restaurant dans lequel nous étions allés il y a 2 ans. Nous allons y retourner, mais avant on va au bout du village, voir le coucher du soleil sur l’Etna. Et puis c’est la fête ! il sort !!! c’est l’effervescence, des feux d’artifice éclatent sans prévenir.

Nous sommes aux premières loges. C’est génial. Mais vite vite, gagnons « notre » restaurant qui se rempli à vue d’oeil. Excellente place, dehors face à la mer. Génial. La journée a été longue, mais remplie. Retournons à la maison… confiant. Sans GPS. Erreur !!!

Je me trompe de route, et tombe dans un petit cul de sac, où se trouve une voiture, dans laquelle visiblement on s’occupe à autre chose que de regarder la lune…

Rentrons, en rigolant, avec le GPS cette fois !

 

Cincopa WordPress plugin

La suite …

Retour vers Gènes vers Palerme